Retour sur Makerfight #4 (2018)

 Publié le   |      |    Commentaires

Voilà maintenant un peu plus de deux mois que la 4e édition de Makerfight s’est tenue à Mulhouse. C’était le 21 avril 2018 dans la friche industrielle de DMC, chez Motoco qui nous accueillait pour l’occasion.

Cette année fut encore un succès même si la météo, par ailleurs excellente nous a probablement privés de visiteurs supplémentaires dans l’après-midi.

Makerfight #4 (2018) en chiffres

Cette année, Makerfight, c’était :

  • ~1300 à 1400 visiteurs (comme en 2017)
  • 20+ robots
  • 24 exposants
  • 12 partenaires
  • 12+ fablabs, IUT, écoles, lycées
  • 2 tournois robotiques. Makerfight bien sûr mais aussi « Crush the flag » par nos compères de Kidslab.

Un prétexte pour découvrir les technologies

Makerfight et ses combats de robots sont un prétexte ludique pour attirer les jeunes (ou moins jeunes) générations vers les filières techniques et technologiques. Une fois sur place, les visiteurs ont pu assister aux combats de robots mais également découvrir bien d’autres choses et c’est là tout l’intérêt d’un tel événement. Mulhouse est une ville avec un héritage industriel fort et Technistub est fier de contribuer à le maintenir dans une forme moderne et y compris numérique.

Une grande variété de stands et d’exposants

Cette année, les stands étaient plus variés et plus orientés vers la découverte du monde des makers et du DIY. “Faire un robot, ce n’est pas si compliqué” est le message que nous voulions faire passer, en invitant les visiteurs à mettre le pied à l’étrier. Pour cela, nous avions invité des exposants de tous horizons, aussi bien low tech que high tech avec comme mot d’ordre: pas d’étiquette “Ne pas toucher” .

Les petits débrouillards d’Alsace ont fait construire une machine infernale aux visiteurs, « L’autre association » de Strasbourg a fait découvrir le live coding avec Sonic Pi, l’Art et la Matière a permis au gens de se fabriquer une lampe à partir de matériaux de récupération. Romain de MakerFR est même venu d’Occitanie pour présenter ses imprimantes 3D et ses fraiseuses numériques CNC. Il y avait bien d’autres stands encore (moulage plastique recyclé, radar de recul pour voiture avec Arduino, etc) mais il serait trop long de tout lister ici.

Des Robots et des Hommes

Makerfight  et les combats de robot ont influencé les exposants avec plusieurs stands autour de la robotique. La machinerie d’Amiens et la team Karibous sont venus présenter leurs robots dessinateurs et leur robot pour la coupe de France de Robotique. Les grenoblois d’izimakers ont montré qu’on peut faire des petits robots sympa en carton et découvrir les bases de la robotique à moindre coût (utilisable en particulier avec des enfants et dans les écoles). Un des membres de Technistub (C.Juillet) a présenté un robot de son cru et fait quelques démonstrations techniques, Stéphane M. du R2 builders club a montré l’avancement de la construction de son droïd de maintenance de type R2D2 (et d’autres réalisations autour de l’univers de Star Wars). Enfin, Alsace Digitale a utilisé différents types de robots pour initier les enfants aux joies de la robotique. Entre deux sessions de programmation de robots les visiteurs pouvaient se rafraîchir avec le Hop’n Splash programmé par les amis de HackSXB.

Encore plus de partenaires

Pour cette 4e édition de Makerfight nous avons renouvelé les partenariats de l’an passé et trouvé quelques nouveaux: 12 au total !
Cette année, RS components, distributeur bien connu de matériel professionnel nous a fait l’honneur d’offrir les lots principaux pour les gagnants de Makerfight.
Une imprimante 3D pour le vainqueur, un scanner 3D pour le finaliste et une station de reprise de soudage pour la troisième place.


RS a également tenue un stand pour faire découvrir leurs produits et permettre aux visiteurs de manipuler quelques démos comme un petit bras robot de manutention.

Le magazine Hackable était représenté par son rédacteur en chef Denis Bodor, venu présenter certaines réalisations de montages électroniques qui ont fait l’objet d’article dans les numéros de Hackable. Cette revue qui fait découvrir le DIY électronique au grand public partout en France est de plus conçu en Alsace, à Colmar. Hackable nous avait d’ailleurs fait l’honneur d’une troisième de couverture complète dans le numéro de Hackable sorti avant Makerfight. Des exemplaires des magazines ont été offerts aux participants du tournoi de robots et aux visiteurs. Et le « robot le plus fun » de Makerfight a gagné un abonnement d’un an à Hackable.

Les cadeaux pour les gagnants de Makerfight étaient encore complétés par des livres de la collections Serial Makers de chez Eyrolles.

Mais que serait un tournoi sans trophées ? Là encore Black Owl studio a pu démontrer son savoir faire dans la fabrication de props en tous genres et nous faire des trophées encore plus beau que l’an passé. En guise de surprise pour les participants, Numérifab nous a même offert des petits trophées pour chaque participants.

Leroy Merlin a tenu un stand pour la 3e année avec de petites réalisations DIY orientées déco.

Thurmelec était encore de la partie et a engagé un robot pour le tournoi ! La mascotte Hector présente l’an passé devait être en train de se préparer pour l’industrie magnifique à Strasbourg mais Thurmelec a assuré le show dans l’arène.

Il faut aussi rappeler le soutien KM0, e-nov Campus, la ville de Mulhouse et M2A ou encore la MAIF.

Pour finir, Eureka Solutions a rejoint les rangs des partenaires de Technistub pour Makerfight avec une aide précieuse qui a permis de débloquer une ou deux situations délicates.

Les stands de Technistub

L’association Technistub, organisateur de l’événement Maker du moment, avait naturellement aussi son stand. Des stands en fait. Le public pouvait découvrir quelques réalisations effectuées dans notre atelier partagé comme des imprimantes 3D, une borne d’arcade DIY, divers montages électroniques comme une useless box, un minitel contrôlé par Raspberry Pi pour jouer à Tetris, un photobooth qui tweete (ou pas), un « robot démo/école » pour illustrer les bases du fonctionnement des robots engagés dans le tournoi.

<<<<< insérer ici photos du stand de Technistub >>>>>

Dans un second stand de Technistub, notre membre es drones avait préparé un stand autour de cette discipline dans laquelle les qualités de makers sont plus que requises… Et il était possible de s’essayer à la courses de voitures radio-commandées en immersion grâce à des lunettes de type FPV (réalité virtuelle) pour piloter les engins sur un parcours sans même les voir ! Ce stand a été particulièrement apprécié des visiteurs jeunes ou moins jeunes.

Technistub a aussi été heureux de pouvoir faire découvrir le concept de Fablab et de Makerspace aux visiteurs tout au long de la journée. À coups de dépliants d’infos et de kakemonos, nous avons expliqué le concept de fablab et tous les avantages qu’il procure : la possibilité d’apprendre et de partager son savoir notamment au sein d’un réseau. Nous aimons bien dire « qu’Internet permet de partager les idées et que les fablabs permettent de les réaliser ». Chez nous à Technistub et partout en France. Lors de la journée Makerfight, on pouvait d’ailleurs voir la présence du Réseau Français des Fablabs (RFFLabs) et de plus d’une dizaine de fablabs et autres tiers-lieux représentés !

Kidslab et « Crush the flag »

Pour 2018, Éric et son équipe de Kidslab ont voulu frapper un grand coup et sur une idée d’un membre tenu secret de Technistub, le concept de Crush the flag était né.
Pendant plusieurs mois, Éric a tenu des ateliers (en partie dans les locaux de Leroy Merlin à Morschwiller-le-Bas), il s’agissait pour les enfants inscrits de préparer et programmer leur robot pour parcourir un labyrinthe plus vite que le robot adverse afin d’aller décrocher leur drapeau et le faire tomber dans une machine à déchiqueter les drapeaux…
11 équipes de 2 enfants entre 7 et 14 ans ont participé à cette compétition parallèle et l’équipe gagnante a pu montrer que les technologies, ce n’est pas que pour les garçons, loin s’en faut. Ce sont bien des jeunes filles qui ont gagné. Nous adressons encore nos félicitations aux gagnantes qui seront pour sûr de futures ambassadrices des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques (les fameux STEM).

Des Stands, des stands avec des robots, un stand avec un mini tournoi de robotique, voilà qui nous amène doucement vers Makerfight.

Victoire pour la Haute-Savoie

Le tournoi sera marqué par la victoire d’une équipe d’Annecy, qui après des phases de poules assez faciles dues à un tirage au sort très favorable, a tout de même su se débarrasser de ces adversaires en demi-finale contre le vainqueur de makerfight #3 en 2017.

Cette année, fort de l’expérience acquise, le déroulement des combats s’est bien passé. Malgré un ou deux petits couacs, la finale a pu se tenir presque dans les temps prévus, avec 30 minutes de retard contre des heures lors des éditions précédentes !

Le tournoi aura vu quelques rebondissement avec notamment les débuts fulgurants de « la tempête » qui sera pourtant sévèrement défaite par Shark pendant les phases de qualifications. Shark butera tout de même en finale après sa 3e place de l’an passé. Il se dit qu’ils voulaient avoir un trophée de chaque couleur. Et ils seront difficiles à battre l’an prochain quand ils viseront l’or…
On notera aussi le robot « douceur printanière » qui lançait des fleurs quand son arme démarrait et qui était en partie recouvert de fausse pelouse. Ou encore la ruse du robot des Frenchmakers de Besançon en demi-finale. L’équipe a neutralisé l’arme redoutable de Vindicator en enroulant du film cellophane autour de leur robot. Cela n’aura quand même pas suffit pour gagner le combat.

Merci et RDV le  6 avril 2019 !

En fin de compte, même si l’organisation demande beaucoup de temps et d’énergie, son succès fait rapidement oublier la fatigue et nous motive pour revenir avec une édition 2019 encore meilleure. En attendant, pour vous replonger ou découvrir l’ambiance sur place le jour J, nous avons préparé cette vidéo. N’hésitez pas à la partager autour de vous et à lui donner un maximum de visibilité !

Cette année, nous avions également engagé un photographe, Quentin Chevrier, bien connu du monde des makers. C’est pourquoi la plupart des photos présentes dans cet article sont si belles.

La galerie des 75 photographies prises le jour J est disponible en bas de cet article.

Remerciements !

Technistub tient à remercier chaleureusement l’ensemble des bénévoles qui nous ont aidés durant cette journée: les bénévoles (membres de Technistub ou pas), les exposants et les étudiants qui sont resté pour nous aider au démontage et au rangement.

Merci également aux étudiants du Lycée professionnel de Pulversheim et à leurs enseignants pour le service d’ordre et de sécurité qu’ils ont assuré toute la journée .

Merci à tous nos partenaires : la ville de Mulhouse, M2A, KM0, RS Components, Eureka Solutions, Leroy Merlin, Eyrolles, Hackable magazine, Thurmelec, MAIF, IUT lab de Mulhouse, Kidslab (e-nov Campus) et le Réseau Français des Fablabs (RFFLabs).

Merci à Martine Zussy et Motoco & CO de nous avoir accueilli dans leurs locaux.

Enfin un immense merci à nos épouses qui ont supporté l’envahissement du timing familial pour préparer Makerfight.

Pour la suite de nos aventures de robots et de makers, Technistub vous donne RDV l’an prochain, le 6 avril 2019 pour sa 5e édition !

.